Sunday 17 December 08h50  Accueil   Plan du site   Liens   Contact  Admin
Equipements sportifs  Compilation d’articles 
L’EPS et ses enseignants exclus de l’école ?

Source communiqué de presse du SNEP (16/11/2006)

Dans les propositions de l’UMP sur l’Ecole, rendues publiques il y a quelques jours, certaines sont particulièrement inquiétantes et en particulier une concernant l’Education physique et les enseignements artistiques. D’après "Le Monde", qui parle de "proposition explosive", "L’école verrait sa mission recentrée sur la transmission du savoir, l’apprentissage de la citoyenneté (comprenant les sports et les disciplines artistiques) étant confié aux collectivités locales".

Il n’y aurait donc pas de savoirs à transmettre dans ces disciplines et le service public national d’éducation pourrait s’en décharger sur les collectivités, tout comme l’école n’aurait plus en charge la formation à la citoyenneté ! Les risques de déqualification des intervenants, d’inégalité territoriale et sociale sont inhérents à cette proposition. C’est l’abandon de fait de la responsabilité de l’Etat sur des pans entiers de la culture, de savoirs et de compétences à faire acquérir à tous les jeunes ! C’est là une proposition inadmissible.

L’UMP n’est pas à une contradiction près puisqu’il y a quelques mois, N. Sarkozy, son président et candidat à la présidentielle, déclarait à propos de l’Ecole : "Premièrement, il faut développer le sport à l’école, à la fois le sport scolaire et l’éducation physique et sportive" et proposait une augmentation des horaires de cette discipline d’enseignement. L’UMP a parlé de "doublement" des heures de sport (entretenant d’ailleurs la confusion entre sport et EPS).

Le Premier ministre, D. de Villepin déclarait dans l’hebdomadaire "Sport" : "l’éducation nationale accorde une grande place à l’EPS et dispose d’enseignants de grande qualité". Aujourd’hui donc, pour l’UMP, ce ne serait plus "l’éducation nationale" qui aurait la responsabilité de l’EPS mais les collectivités. Quant aux "enseignants de grande qualité", nous comprenons mieux, s’il n’est plus envisagé de maintenir l’EPS comme discipline d’enseignement prise en charge par le système éducatif d’Etat, pourquoi les recrutements baissent depuis trois ans, avec cette année 400 postes aux concours seulement pour 1200 départs en retraite.

Le SNEP appelle les candidats et partis politiques à faire des questions scolaires une des préoccupations centrales de la campagne électorale ; mais cela ne saurait être en n’entendant pas les exigences et propositions des acteurs concernés que sont les personnels de l’éducation, les étudiants et élèves, les parents.

Sur l’éducation physique, rappelons que 450 000 personnes ont signé, il y a deux ans, un appel initié par le SNEP pour "que l’EPS soit confirmée comme élément constitutif de la culture scolaire obligatoire de la maternelle aux lycées" ; certainement pas pour qu’elle soit déléguée aux collectivités locales.

Le SNEP développera dans les semaines à venir les propositions pour l’EPS, le sport scolaire et le système éducatif qu’il portera, avec les enseignants d’EPS, dans les débats préparatoires aux élections et mènera l’action sans attendre pour les faire aboutir.

haut de page SPIP powered - Réalisation ©2005 SCM